1963 Le GP de l’ACF à REIMS

Le GRAND PRIX DE L’ACF 1963 à REIMS

01. img reims 59999276 “Le programme du 49ème GRAND PRIX de L’ACF”

Le 49ème Grand Prix de l’ACF en 1963, après un intermède à ROUEN, retrouve le circuit de REIMS GUEUX pour accueillir la 4ème épreuve du Championnat du Monde F1.

La nouvelle réglementation des F1 1500 cm3 en 1961 permet à FERRARI mieux préparé, qui s’est converti au tout à l’arrière, de rafler la mise mais l’année suivante les britanniques ont redressé la barre trustant toutes les victoires au nez de la Scuderia engluée dans un conflit interne où tous les cadres principaux du département course ont déserté.

On pensait assister en 1963 à une saison très disputée, les équipes principales BRM, LOTUS, FERRARI, BRABHAM et COOPER arrivées à maturité semblaient toutes avoir leur chance avec des pilotes motivés et expérimentés.

Mais Jim CLARK après ses victoires dominatrices consécutives à SPA et ZANDVOORT a pris autoritairement la tête du Championnat tandis que Graham HILL le champion sortant n’a pas confirmé sa victoire monégasque et pointait distancé. Il se révèle que JIM CLARK et Colin CHAPMAN forment une entité en parfaite osmose

02. img reims 59999332 copie “Le duo Jim CLARK Colin CHAPMAN qui domina les années 1960”

et si la fiabilité de la LOTUS 25 qui faisait défaut en 1962 est désormais acquise ce tandem va s’avérer redoutable et sera difficile à battre. En effet la LOTUS 25 apparue en cours de saison 1962 révolutionne la conception de la monoplace moderne.

Son châssis enveloppe le corps du pilote avec les réservoirs latéraux formant un long caisson réunis à l’arrière par un caisson transversal et un moteur arrimé rigidement à l’arrière. Cette monoplace a été pensée pour présenter une moindre résistance frontale avec un museau très fin qui permet au pilote d’avoir une excellente visibilité et de conduire en position couchée comme dans une baignoire ce qui demandait une adaptation car la piste vue sous cet angle est différente. Le moteur COVENTRY Climax V8 dispose à présent de l’injection directe mais ne dépasse pas 190ch.

A REIMS, Jim CLARK le surdoué pilote polyvalent de la maison est épaulé par le jeune Trevor TAYLOR.

03. img reims 59999333 copie “Trevor TAYLOR, l’équipier sacrifié aux multiples sorties de route laissait entendre que pour faire progresser la voiture de CLARK il essuyait les plâtres en testant les nouveautés parfois jusqu’à la rupture mécanique. En 1962 à SPA je me trouvais en face du stand LOTUS lorsqu’il eut son accident avec MAIRESSE, provoquant un inquiétant nuage de fumée. Je vis alors TAYLOR choqué, blême, hirsute mais indemne, arriver en courant pour rejoindre son équipe, sa combinaison jaune maculée de taches noires”

La BRM 578 apparaît dépassée en comparaison de la monocoque LOTUS et les mauvais résultats du début du championnat précipitent la sortie à REIMS de la 61 dessinée par Tony RUDD qui avait dû d’abord plancher sur la ROVER turbine du MANS.
- Graham HILL qui avait coiffé CLARK pour le titre mondial dans la dernière épreuve en AFRIQUE du SUD est secondé par GINTHER.
- Ils disposent d’un moteur BRM 8 cylindres développant 198 à 210 ch.

BANDINI récupère donc ici la voiture 1962 championne de HILL commandée par l’écurie Centro SUD de Mimmo DEI en début d’année.

04. img reims 59999327 copie “Un modeste BANDINI se prépare dans les stands. Il reviendra l’année suivante à REIMS mais comme pilote FERRARI.”

Pour FERRARI 1963 est une année de renouveau avec le brillant Mauro FORGHIERI qui abandonne le châssis tubulaire et conçoit un châssis semi-monocoque « aero » et le pilote ingénieur suisse Michael MAY qui a couru à REIMS en 1960 et 1961 fait gagner 10ch en travaillant l’injection du V6 qui dispose de plus de 190ch.

05. img reims 59999328 copie “Michael MAY sur LOLA à la coupe juniors en 1960 à REIMS. Photo Günther MOLTER”

Le champion SURTEES venu de la moto et qui a fait ses premières armes en F1 sur LOTUS avec CLARK et IRELAND est maintenant expérimenté pour jouer le premier rôle et développer par ses qualités de metteur au point la nouvelle monoplace.
- Pour cette épreuve, c’est SCARFIOTTI qui vient en renfort remplacer le bouillant MAIRESSE victime d’un accident au MANS dont cette fois il n’était pas responsable.

BRABHAM, le pilote a volé de ses propres ailes en 1962 pour devenir pilote constructeur ce qui donnera des idées à d’autres bientôt. Il ne cède pas à la mode et reste fidèle au châssis tubulaire.
- Contre toute attente ses voitures BT7 se révèlent extrêmement rapides, le rusé technicien Jack avec son associé TAURANAC les a fait tester en soufflerie connaissant le bien fondé de cette technique qui est indispensable de nos jours. Elles sont équipées de la dernière mouture du CLIMAX et c’est BRABHAM et l’excellent américain GURNEY qui les pilotent.

COOPER qui était le premier britannique à imposer ses monoplaces à moteur arrière apparaît après ce début de saison en recul devant la montée en puissance des LOTUS, BRABHAM et BRM.
- John COOPER a été victime au début d’année d’un accident et c’est Ken TYRREL qui dirige le team et les T66 motorisées par le dernier CLIMAX sont conduites par le sud africain Tony MAGGS et le néo-zélandais Bruce MAC LAREN.

06. img reims 59999285 copie “Le jeune MAC LAREN dans les stands pendant les essais”

Le plateau de REIMS est complété par les écuries privées.

BRP l’équipe dirigée par le père de Stirling MOSS dispose faute de mieux de LOTUS 24 et ne pouvant obtenir de LOTUS 25 pour son pilote le facétieux joyeux drille Innes IRELAND évincé par Colin CHAPMAN, il présente à REIMS sa propre construction inspirée de la LOTUS et motorisée par un BRM.

Jim HALL le futur constructeur des redoutables CHAPPARAL se voit confier une LOTUS 24 BRM.

LOLA est la monoplace F1 de l’ingénieux Eric BROADLEY et PARNELL l’ancien pilote, l’inscrit à son nom pour le jeune kiwi prometteur AMON qui effectue sa première saison en F1. Il engage également une LOTUS 24 Climax pour TRINTIGNANT et une LOTUS 24 BRM pour l’américain GREGORY.

SIROCCO est une émanation de l’EMERYSON rachetée par l’américain POWELL qui fit construire sa propre monoplace propulsée par un moteur BRM pour Tony SETTEMBERT et Ian BURGESS qui sera forfait. (je crois me souvenir qu’une monoplace était exposée à Rétromobile 2010).

De même l’ATS fruit des séditieux de MARANELLO accueillis au sein de l’écurie SERENISSIMA ne tint pas ses engagements après la prestation calamiteuse de ZANDVOORT la semaine précédente et libérait son pilote Phil HILL qui trouvait un volant dans l’écurie FILIPINETTI avec une LOTUS 24.

07. img reims 59999290 copie “L’ancien champion du monde Phil HILL fait une pige sur une LOTUS FILIPINETTI, à ma connaissance sa seule course pour cette marque”

Rob WALKER engage JO BONNIER sur une COOPER CLIMAX.T66 et Jo SIFFERT est présent avec son propre team sur LOTUS 24 BRM.

C’est mercredi que commence la première séance d’essais et les équipes n’ont qu’un jour de répit, le GP de ZANDVOORT ayant eu lieu le dimanche précédent. Ce sont 19 voitures qui sont retenues, De BEAUFORT sur PORSCHE 4 cylindres ne fut pas sélectionné bien qu’il proposait de courir sans prime de départ.
- Une rumeur incite les pilotes à se mettre en piste car il se dit que celui qui n’a pas participé aux 3 séances recevra une pénalité de 50 £.

08. img reims 59999284 copie “BONNIER sur la COOPER WALKER

BONNIER sur la COOPER 1962 n°44 est soudain crédité d’un temps surréaliste digne d’un avion de chasse.
- On s’aperçut qu’un pilote de la Formule Junior, LEGHART sur LOTUS n°44 n’était pas rentré à la fin de la séance et se trouvait encore en piste !
- Jim CLARK ne laissa pas d’illusion à ses adversaires en tournant en 2m.21s suivi par TAYLOR son équipier.

Chez LOTUS, confiant après ces chronos prometteurs, on prit certaines libertés.
- ARUNDELL inscrit en Junior tourna sur la F1 ce qui est interdit par la FIA et CLARK joua les bons samaritains en essayant la nouvelle LOTUS BRM acquise par FILIPINETTI ce qui l’est tout autant.

Chez BRM, des ennuis de moteur survinrent et la nouvelle monoplace tourna peu. Si certains avaient nourri de secrets espoirs pour repartir avec quelques caisses de champagne, ils déchantèrent bien vite.

Le jeudi se déroula sous un temps pluvieux qui ne prédisposait pas aux exploits. Les pilotes se faisaient remorquer et pousser par les mécaniciens pour atteindre la piste et on se serait cru à une épreuve de trial où le paddock était transformé en bourbier et où les uns et les autres s’enlisaient.
- Beaucoup ne croyaient pas qu’en juillet à REIMS où les GRANDS PRIX furent souvent courus sous la canicule on puisse rencontrer de telles conditions climatiques.

SCARFIOTTI en fit la douloureuse expérience en sortant de la piste, sa voiture faucha 3 poteaux télégraphiques et il fut évacué avec une jambe fracturée et des contusions.

Quant à BONNIER, il évita miraculeusement HILL au ralenti au milieu de la piste en haut de la côte de la route de SOISSONS.

SURTEES, le plus rapide dans ces conditions en 2m33.8s ne parvint pas cependant à approcher le fantastique temps de PARKES sur la FERRARI 4L qui réalisa 2m 31.2s.
- Les BRABHAM absentes hier étaient en piste et les COOPER et LOTUS préférèrent rester au garage.

Heureusement ,le vendredi qui allait être déterminant pour l’attribution des places sur la grille, la piste était redevenu sèche et CLARK réalisa 2m20.2s

09. img reims 59999310 copie “Trevor TAYLOR est accidenté dans la dernière séance”

et Graham HILL fit dans les derniers instants de la séance 2m20.9s ce qui impressionna ses concurrents sur les possibilités de développement de cette monoplace à peine dégrossie.

GURNEY obtint 2m21.7s et SURTEES et BRABHAM 2m.21.9s.
- BANDINI bloqué dans les fanges du paddock réussit in extrémis à s’extraire pour se qualifier tout en fin de séance.

La boue et les fondrières avaient sérieusement contrarié la préparation des équipes et les participants du WEEA 2008 n’ont aucune peine à s’imaginer l’état des lieux.
- Le dimanche malgré une météo peu favorable une foule nombreuse s’est rendue sur le circuit de Reims-Gueux.

Parmi les personnalités conviées par R. ROCHE, on remarque que l’Archevêque de REIMS qui doit se rendre à ROME ce 30 juin et le Général MASSU déclinent l’invitation.

10. img reims 59999319 copie “Jimmy CLARK ne recevra pas le sacre à REIMS car Monseigneur doit se rendre à ROME pour le couronnement du pape PAUL VI”

11. img reims 59999320 copie “Le général MASSU regrette de ne pouvoir assister au GP”

C’est à 14H 15 que les voitures vont s’installer en grille sous un ciel gris menaçant.

12. img reims 59999278 copie “On se prépare en grille sous l’autorité de Toto ROCHE”

En première ligne, CLARK est à la corde avec à sa gauche Graham HILL et GURNEY à l’extérieur tandis que SURTEES sur l’unique FERRARI et BRABHAM sont à l’affût derrière.

13. img reims 59999279 copie “Les concurrents sous les ordres du starter, drapeau rouge en main”

Moment de panique lorsque HILL ne peut mettre en route son moteur mais il en faut plus pour prendre au dépourvu Raymond ROCHE qui autorise sur le champ les mécaniciens à le pousser pour démarrer et reprendre sa place, au mépris du règlement de la FIA qui prévoit la disqualification, en faisant valoir un règlement propre à l’Automobile Club de France (article 19) * !

14. img reims 59999331 copie “Graham HILL ne peut mettre en marche son moteur et lève le bras devant le Directeur de course”

Dans la confusion, le maître du circuit va gratifier les journalistes ébahis d’un one man show étonnant en donnant le signal du départ dans l’arène à l’aide d’un drapeau rouge incongru puisqu’il signifie l’arrêt immédiat de tous les concurrents !

15. img reims 59999297 copie “Le 1er tour avant MUIZON, CLARK s’est soustrait de ses poursuivants qui ne peuvent profiter de l’aspiration”

CLARK prend l’avantage immédiatement devant GURNEY, HILL, MAC LAREN, BRABHAM et le peloton rugissant tandis qu’à l’arrière Phil HILL et GREGORY reçoivent eux aussi de l’aide pour s’élancer.

Les spectateurs amassés au virage de THILLOIS et derrière les fascines guettent à présent la meute qui jaillit des bosquets en haut de la ligne droite de SOISSONS.

16. img reims 59999308 copie “Dans la colline de la route de SOISSONS, CLARK devant GURNEY, GINTHER, HILL, BRABHAM, SURTEES, MAC LAREN, TAYLOR, MAGGS”

Ils voient une monoplace verte déjà détachée de ses poursuivants et à la sortie de l’épingle CLARK devance GURNEY, HILL, BRABHAM, SURTEES, GINTHER, MAC LAREN.

Très rapidement et comme un métronome l’Ecossais va augmenter son avance à raison d’une seconde au tour.
- Après les essais, il avait averti CHAPMAN de son intention de se dégager tout de suite de l’emprise de ses adversaires pour qu’ils ne bénéficient pas de l’aspiration car il jugeait sa voiture moins rapide en ligne droite mais terriblement efficace dans les grandes courbes après la passerelle DUNLOP, derrière les stands, stratégie parfaitement appliquée.

17. img reims 59999311 copie “GINTHER aborde le virage de THILLOIS devant MAC LAREN (Photo VILLANI)”

Au 2ème tour, il possède déjà 5 secondes d’avance et GINTHER sur la rapide BRM va s’emparer de la 2ème position battant à égalité avec CLARK en 2.21.9 le record du tour détenu par G. HILL en 1962.
- Mais bientôt il va s’arrêter au stand au 5ème tour dans un nuage de vapeur et l’équipe voyante des mécaniciens vêtus de leurs combinaisons orangées assorties à la couleur du museau de la BRM constate que le radiateur a été percé par une pierre et c’est l’abandon pour le jockey californien.

La 2ème place est disputée chaudement et tour à tour on voit GURNEY, SURTEES et BRABHAM s’en emparer.

18. img reims 59999301 copie “SURTEES a pris la tête du peloton de chasse qui s’efforce de ne pas se faire distancer par le leader.”

Les BRABHAM’s boys s’entraident à l’aspiration, mais il apparaît vite que ce jeu d’équipe s’avère néfaste car leurs moteurs n’ont pas les mêmes plages d’utilisation et ce qu’ils gagnaient en vitesse ils le reperdaient en accélération et le leader confortait son avance.

Les arrêts sont déjà nombreux, SETTEMBER revient à pied de MUIZON, les mécaniciens de Phil HILL tentent de le faire repartir,

19.img reims 59999291 copie “Chris AMON et Jim HALL avant THILLOIS”

HALL passe par les stands, la COOPER WALKER de BONNIER s’arrête tour après tour, GURNEY doit faire réparer son levier de vitesse en un temps record mais concède un tour, et c’est maintenant SURTEES qui s’arrête, pompe à essence défaillante et qui repart pour s’immobiliser définitivement avant MUIZON.

20. img reims 59999306 copie “SURTEES s’arrête sur le bas côté, pompe à essence défaillante.”

GREGORY s’est déjà fait doubler par le leader.
- Au 13ème tour, toutes les voitures en piste sont anglaises, on est loin des GP des années 50 où le peloton était presque exclusivement rouge et pour moi la course perdait soudainement de son attrait.

21. img reims 59999335 copie “Graham HILL poursuivi par MAC LAREN et MAGGS passe devant la FERRARI de SURTEES abandonnée. Les normes de sécurité d’époque étaient autres car à l’extérieur de la courbe cela valait un pace car aujourd’hui !”

CLARK poursuit sa marche en avant

22. img reims 59999283 copie CLARK regarde dans le rétroviseur si « old JACK » n’apparaît pas”

et relègue à 20 secondes le second qui s’affirme être BRABHAM devant TAYLOR, MACLAREN, MAGGS, HILL, IRELAND, SIFFERT et un trio qui se livre une âpre bataille composé du jeune AMON(19ans), de BANDINI, et du vétéran TRINTIGNANT

23. img reims 59999296 copie “Le trio BANDINI, AMON, TRINTIGNANT qui ne se quitte pas.”

Dans le stand LOTUS, la tranquille assurance du début fait alors place à l’inquiétude quand la voiture de TAYLOR émet une fumée sortant de la boîte de vitesse et surtout quand le leader passe avec un moteur qui « ratatouille » et dont l’avance tombe à 12 secondes.

Vers le 20ème tour la pluie fait son apparition et curieusement l’écart remonte, CLARK ayant constaté en soulageant légèrement son moteur à 8500 tours/m au lieu de 9500 qu’il pouvait soutenir un rythme élevé sans à-coup en s’adaptant à la piste humide.

IRELAND doit faire vérifier sa boîte de vitesse, il n’a plus de 1ère ni de 2ème.

L’écart entre CLARK et BRABHAM continue à faire l’accordéon et tombe à 14s mais la pluie redouble et il remonte à 25s.

24. img reims 59999305 copie “BRABHAM freine avant THILLOIS”

TAYLOR a dû auparavant changer de batterie sur ennui d’alternateur, GURNEY rattrape à présent SIFFERT, tandis que TRINTIGNANT doit marquer un bref arrêt pour changer de chaussures car ses pieds sont brûlés dans le cockpit et BANDINI stoppe pour ennuis électriques.
- CLARK mène toujours devant BRABHAM, G HILL, MAC LAREN et MAGGS alors que GURNEY poursuit sa remontée.

25. img reims 59999289 copie “GURNEY effectue une remontée après son arrêt”

On apprend alors tardivement qu’une pénalité de 1 minute a été infligée à Graham HILL.

26. img reims 59999322 copie “La décision des commissaires d’infliger une pénalité aux voitures 2, 42, 48 est signifiée à 15H 30”

Les ennuis mécaniques continuent d’affecter les petites monoplaces sur ce rapide circuit, TAYLOR abandonne au 41ème tour (alternateur)

27. img reims 59999326 copie “MAC LAREN à la sortie de THILLOIS”

et MAC LAREN qui perdait du terrain sur HILL et MAGGS, doit s’arrêter au 42ème tour et saute promptement de sa voiture lorsque le moteur s’enflamme quand il actionne le démarreur alors qu’il tente de repartir et la COOPER s’échoue quelques mètres plus loin silencieusement.

- BRABHAM s’immobilise à MUIZON pour contrôler sa pompe à injection qu’il refixe.

Puis le soleil fait une timide apparition mais CLARK dont le moteur ne sonne pas clair (on découvrit que deux ressorts de soupape étaient cassés) possède une confortable avance sur MAGGS qui le met à l’abri d’un retour.

28. img reims 59999286 copie “MAGGS devant les tribunes de THILLOIS, rescapé du groupe de poursuivants, va prendre la 2ème place”

Il assure donc et BRABHAM et GURNEY en profitent pour se dédoubler.

29. img reims 59999295 copie Les BRABHAM de Jack et GURNEY sonnent la charge et déposent le trio inséparable”

A 5 tours de la fin, HILL est ralenti par son embrayage qui patine et BRABHAM plus rapide que jamais dépasse GURNEY et fond sur MAGGS et HILL.
- Pendant ce temps le champion du monde Graham HILL, qui vient d’être dépassé par MAGGS est bien renseigné par son stand et s’efforce de contrôler la remontée de l’Australien.

30. img reims 59999313 copie “Graham HILL sur la nouvelle BRM 61 qui fait ici sa première sortie”

Il aborde le dernier tour avec 80 secondes d’avance sur son poursuivant qui ignore la pénalité. CLARK enfin délivré franchit la ligne d’arrivée et prend de vitesse l’impérieux Toto ROCHE, apparemment hypnotisé par le spectacle, qui donne une touche finale à ces prestations déroutantes, en n’abaissant son drapeau que lorsque le vainqueur se trouve déjà 150m plus loin au milieu des stands devant Colin CHAPMAN qui exulte.

31. img reims 59999325 copie “CLARK franchit en vainqueur la ligne d’arrivée sous le regard de Raymond ROCHE drapeau déployé mais qui, tétanisé, ne l’abat pas immédiatement !”

Il est suivi de MAGGS, puis 10 secondes après le Sud-Africain, HILL passe la ligne à son tour mais tout le monde guette l’arrivée de BRABHAM qui se rue de THILLOIS et échoue 61.3 secondes derrière la BRM qui pour 1.3 seconde lui souffle la 3ème place.
- Viennent ensuite GURNEY, SIFFERT, AMON TRINTIGNANT, IRELAND, BANDINI, HALL, MAC LAREN, et TAYLOR.

Treize concurrents furent classés et SETTEMBER , GINTHER, SURTEES, BONNIER, GREGORY et Phil HILL abandonnèrent.
- CLARK réjoui, accompagné de son mentor CHAPMAN peut savourer sa victoire acquise de haute lutte et se rend en salle de presse pour répondre aux journalistes.

Cette victoire du talentueux Jim CLARK qui réalisa le « hat trick » ne fut pas obtenue pour autant dans la facilité car son moteur perdait de la puissance, handicap sérieux sur un tel circuit et le redoutable BRABHAM exerça une pression constante.

33. img reims 59999307 copie “Jim CLARK Impérator”

Il fallait tout le talent de l’Ecossais pour contrôler ainsi la course sur une piste mouillée par une pluie parfois torrentielle avec des pneus comme pouvait le confirmer Vic BARLOW de DUNLOP, qui avaient déjà effectué les trois Grands Prix précédents !

34. img reims 59999334 copie “Jim CLARK contrôle l’épreuve sous la pluie qui lui permet de compenser sa perte de puissance et de tenir en respect BRABHAM”

Le départ à la poussette de HILL fut un autre point fort qui alimenta les polémiques d’après course.

32. img reims 59999323 copie “Copie du compte rendu du Directeur de course justifiant pour des raisons de sécurité sa décision d’avoir autorisé Graham HILL à partir”

La CSI de Mr BAUMGARTNER rétablit le bon droit en retirant les points de HILL et de BRM, et AMON inscrivait ainsi son premier point au Championnat du monde tandis que les efforts de BRABHAM étaient récompensés par le gain la 3ème place.

35. img reims 59999318 copie “OLIVETTI assure par ordinateur les résultats des classements du meeting”

On pouvait également observer que la plupart des favoris des grandes équipes rencontrèrent des ennuis mécaniques seul MAGGS 2ème fut épargné ainsi que SIFFERT et AMON.

36. img reims 59999288 copie “Le suisse Jo SIFFERT prend la 6ème place après une belle course régulière”

Ce soir les équipes purent décompresser et se réconforter autour d’une coupe de champagne pour oublier la galère boueuse du paddock et la tension d’un GRAND PRIX mais bien peu ne se faisait d’illusion quant à l’issue de la course au titre et CLARK était bien parti pour battre le record de 5 victoires de rang de BRABHAM en 1960.

* Article 19 de l’Automobile Club de France : le départ : A la suite du signal du Directeur de course les moteurs pourront être mis en marche. Cette mise en marche devra être effectuée par le Conducteur lui-même se trouvant à bord, à l’aide du démarreur obligatoire, sans aucune intervention extérieure humaine ou mécanique.
- Si le moteur d’une voiture n’avait pu être mis en marche par le procédé ci-dessus, la voiture sera, après le départ et sur les ordres du Directeur de la Course, poussée par les mécaniciens, le moteur étant arrêté, jusqu’au stand de ravitaillement affecté à ce véhicule où il sera procédé à la remise en état ou à l’échange du démarreur et (ou) de la batterie.
- Tout Conducteur quittant prématurément son emplacement de départ sera pénalisé d’une minute entière qui s’ajoutera au temps de la voiture considérée (code sportif International, art.94.

Laurent RIVIERE

Tous droits réservés pour les photos à leurs auteurs comme d’usage

- BIBLIOGRAPHIE :
- AUTOSPORT
- MOTOR SPORT
- LES ANNEES CLARK- Gérard CROMBAC