Un Conservatoire Automobile pour le Circuit de Gueux

Les Amis du circuit de Gueux ont proposé l’idée de créer une structure culturelle destinée à l’histoire de l’ancien circuit de Reims-Gueux. Plusieurs projets ont été suggérés au travers d’articles de presse ou de mémoire d’étudiant. Nous pouvons nous remémorer en particulier le travail réalisé en 2000 par Eric Dhôtel alors élève architecte sur la captation de la lumière dans les bâtiments. Souvenez-vous, il avait présenté la maquette de son projet aux 12 Heures de Gueux 2005. Il s’agissait d’un immeuble futuriste situé derrière les paddocks sur la zone utilisée actuellement pour la concentration de véhicules anciens et sportifs des 12 Heures de Gueux. Le projet de piste voulant faire de cet emplacement un parking pour les visiteurs, il suffirait de déplacer l’infrastructure sur une terre mitoyenne. Eric Dhôtel envisageait dans sa thèse le déplacement sur les terres du circuit de Gueux du Musée automobiles de Reims Champagne qui est actuellement avenue Clemenceau à Reims. Le projet consisterait en la concrétisation de cette structure à des fins un peu différentes puisqu’il ne s’agirait pas d’un musée mais d’un conservatoire destiné à l’histoire du circuit de Reims-Gueux et à l’histoire régionale de l’automobile. Le conservatoire serait doté d’un fonds contenant d’une part des documents écrits et photographiques fournis par l’ACG, des mécènes ou des partenaires et d’autre part des pièces mécaniques automobiles fabriquées dans les centaines de fabriques sous-traitantes de la région. Le Conservatoire du circuit de Reims-Gueux bénéficierait de salles de conférence destinée au partage du savoir à la fois théorique et pratique au sein de formations en accueillant les écoliers, les collégiens, les lycéens, les étudiants et les employés de la branche automobile, d’une salle de lecture mise à disposition en particulier des historiens dont les sources de documentation sont souvent dispersées dans les réserves des archives publiques et dans les collections privées. Une grande salle d’exposition permettrait la présentation de matériel mécanique didactique comme des moteurs écorchés tels qu’ils étaient conçus au XXème siècle. L’industrie automobile est en pleine mutation et il est probable que la conception de l’auto de demain soit radicalement très différente faisant passer rapidement le moteur à explosion de votre voiture dans les musées. Soyons présents sur le front de la conservation historique. Des expositions thématiques et interactives pourraient mettre en valeur quelques véhicules caractéristiques d’une marque ou d’une époque, dans ce cas le Musée automobiles de Champagne-Ardenne serait un collaborateur privilégié par son fonds qui ne ferait que grandir en synergie avec la notoriété d’un tel conservatoire. Un office de tourisme matérialiserait les renseignements sur toute la région Champagne Ardenne. Un tel ensemble permettrait d’organiser des séances dédicaces d’auteurs ou de pilotes, des actions rétrospectives. La grande salle pourrait servir de galerie d’art afin d’exposer les artistes contemporains régionaux. Le Conservatoire public constituerait un atout touristique essentiel et un site incontournable pour notre région. Actuellement l’A.C.G. soumet ce projet à l‘approbation des collectivités locales qui sont les garantes de notre patrimoine et de notre culture. L’alternative en cas de renoncement pourrait être la création d’une fondation privée mais c’est une autre histoire. Gérard CUIF (avril 2006)